autre.

A(utre) Propos

 

Un élément déclencheur pour créer autre. ?

Un livre, lu en vacances Les Secrets de la Mode de Yann Kerlau, relatant les biographies de plusieurs créateurs du 20ème siècle, et où j’ai découvert, derrière le mythe construit par les médias, des hommes et des femmes qui avaient une vision, qui s’y sont accrochés. Des personnes providentielles aussi, en lien avec leur époque, et qui ont aussi souvent bénéficié d’une rencontre fortuite, ou souvent d’un coup de chance. Chacun avait du talent, mais ce n’était qu’un des ingrédients de la recette. Et j’ai eu un flash : pourquoi pas moi ?

Quels ont été les prémices de la marque ?

A mon retour de vacances, j’ai passé la nuit à dessiner, à chercher des adresses de tissus. Le lendemain, je suis revenue avec des kilos de tissus pour lesquels j’avais eu un coup de cœur, et j’ai commencé à coudre. A l’aiguille, je n’avais que ça. Pendant un mois et demi, j’allais travailler le matin, et le soir je rentrais et cousais jusqu’à ce que mes yeux pleurent de fatigue, et je réfléchissais ensuite à tout l’univers de marque que je voulais créer. Je dormais seulement quelques heures, mais j’étais plus en forme que jamais. Et rapidement, j’ai senti que c’était cette passion, cette adrénaline que je souhaitais ressentir au quotidien. Il m’a fallu ensuite plus d’un an pour prendre la décision de quitter mon poste de cadre dans le retail d’une grande marque française pour me dédier à mon rêve et lui donner vie.

Pourquoi ce nom ?

Comme mon chemin jusqu’à cette aventure, j’ai cherché, hésité, et puis finalement, l’évidence est apparue. Presque comme un néon qui s’allume en plein rêve. Je voulais un nom sobre, élégant, intemporel, qui marque une différence : autre. a toutes ses qualités. Et le point à la fin encapsule ces caractéristiques.

Et plus encore, ce nom est très personnel car je me suis toujours sentie assez différente, dès mon adolescence. J’ai énormément déménagé de par le travail de mon père, et j’avais l’impression de devoir faire mille efforts pour m’intégrer. Et surtout, je suis née avec une cardiopathie congénitale importante et assez rare : tous mes organes sont inversés symétriquement. J’ai le cœur à droite etc. Jusqu’à mes 20 ans, je faisais donc tout pour rentrer dans le moule, ne pas attirer l’attention sur ma différence parce que j’avais peur d’être rejetée par les gens que je rencontrais et qui ne me connaissaient pas. Et puis je me suis rendue compte qu’être différente faisait ma force et ma richesse. Etre autre, chacun à son niveau, c’est être qui nous sommes, et nous devons en être fiers.

Tes sources d’inspiration ?

Je me suis passionnée adolescente pour le cinéma, les vieux films, l’âge d’or italien, les comédies musicales... Je m’y évadais, je me projetais, sans limite. Outre le scénario, les acteurs, les actrices, les décors, les vêtements donnaient vie à l’intrigue et aux personnages. La mode a ce même pouvoir de transporter les gens dans un environnement, un personnage, qui les aide. Voilà ce qui me fascine. Et au quotidien, les gens qui m’entourent, mes amies et leurs qualités, mais aussi des femmes que je peux croiser dans la rue, dont un détail peut attirer mon attention…

Comment nait une pièce autre. ?

Le plus souvent, d’un tissu qui va m’inspirer. J’aime jouer sur les contradictions : tailler une pièce aux formes féminines dans une matière brute. Pour moi, le vêtement vient sublimer le corps, et donc rien n’importe plus que les détails qui vont donner à une pièce une toute nouvelle dimension ; ça peut donc être l’envie d’un détail qui va déterminer la pièce qu’il va révéler.

Ta vision d’une mode autre. ?

Une mode élégante mais qui n’est pas élitiste – dans son prix comme dans son style. Un vêtement se regarde porté ; il doit être agréable à voir, à porter, à toucher. Les pièces autre., je les veux révélant les femmes sous un jour nouveau, elles sont elles-mêmes et assument leur féminité, elles assurent parce qu’elles sont épanouies. 

La pièce préférée de ta garde robe ?

J’adore les shorts et les chemises, ce sont des pièces empruntées au vestiaire masculin et donc très confortables mais qui peuvent être ultra-féminines par leurs coupes, leurs matières. Elles sont intemporelles et se portent en toute saison. 

 La prochaine étape pour autre. ?

Le lancement de la Ligne A., une ligne de robes habillées déclinables pour toutes les invitées à des mariages. Fini le casse-tête pour trouver une robe qu’on sera la seule à porter à un mariage. Je prévois un show-room éphémère courant avril où les clientes pourront venir essayer, customiser et commander leur modèle. Ma promesse : rester accessible en proposant une tenue personnalisée qui vous est livrée en 5 à 6 semaines !

 Un autre rêve ?

Plein. Voyager. Vivre d’amour et d’eau fraîche. Voir autre. se développer. Progresser chaque jour pour être la meilleure version de moi-même. Etre une bonne maman pour mon fils qui va naître cet été. Ouvrir une boutique. Plusieurs boutiques. Toucher les gens. Continuer de rêver et avoir foi en ces rêves.

Cyrielle

Contact : cyrielle@autre-paris.com